agi-son
< Tous les articles

Baromêtre 2019 : Jeunes, musique et risques auditifs

A l’occasion du 10ème Mois de la Gestion Sonore,

l’association AGI-SON (AGIr pour une bonne gestion SONore) dévoile les résultats du

BAROMÊTRE 2019 : JEUNES, MUSIQUES ET RISQUES AUDITIFS

 

Communiqué de presse :


Au cours de l’année scolaire 2018-2019, AGI-SON et ses relais ont interrogé plus de 8 000 collégiens et lycéens à travers la France à l’issue des concerts pédagogiques Peace&Lobe®.

Ce Baromêtre permet de suivre les mutations d’écoute et de pratique de la musique chez les jeunes ainsi que leurs rapports aux riques auditifs.

Les données récoltées sont inédites et d’une ampleur unique auprès des 12-18 ans.

Elles permettent à AGI-SON et plus largement aux acteurs de la prévention, d’identifier les risques émergents et de donner des pistes concrètes d’amélioration des dispositifs d’éducation au sonore. L’information des jeunes est primordiale pour leur permettre d’apprendre à doser leur exposition au son et que la musique reste un plaisir.

 

 

 

Aperçu des résultats (Retrouvez l’intégralité dans le Baromètre à télécharger)

 

Musiques et modes de consommation

• Le Hip-Hop est très largement en tête :

C’est le style musical préféré des 12-18 ans (75,2%), loin devant la Chanson Pop (46,2%) et l’Electro (28,4%).

• Parents et enfants ont des goûts musicaux en communs : Contrairement aux idées reçues, 80% des jeunes écoutent des musiques que leurs parents écoutent également : Chanson Pop, Musiques du monde, Hip-Hop...

• Le smartphone est devenu le support d’écoute le plus utilisé par les jeunes (88,4%).

• L’essor du streaming se confirme et devient la norme :

Près de 70% des jeunes écoutent quotidiennement de la musique en streaming.

• La vidéo est au coeur des pratiques d’écoute :

YouTube (94%) est le site le plus fréquenté par les 12-18 ans.

• L’accès payant à des sites de streaming augmente progressivement et s’élève à 29% chez les jeunes en 2019.

• Le téléchargement payant quant à lui stagne à 20%.

• Les playlists des sites de streaming remportent un vif succès : 8 jeunes sur 10 les écoutent ; elles ont un rôle de prescripteur puisqu’1 jeune sur 2 y a récemment découvert un artiste.

• Les jeunes sont sensibles à la qualité sonore :

1/4 des jeunes déclarent s’y intéresser et près de la moitié des jeunes savent que les qualités sonores des supports smartphone, vinyle et CD sont différentes. Ils sont cependant plus nombreux à prêter attention à la qualité du matériel plutôt qu’à la qualité de reproduction de l’œuvre. Or, le processus de compression est déterminant dans la qualité de la musique qu’ils écoutent...

Modalités d’écoute et risques auditifs

• Des écouteurs et casques vissés aux oreilles :

87,4% des jeunes utilisent des écouteurs ou un casque pour écouter la musique. 1/3 écoutent 2H ou plus de musique au casque par jour.

• La musique de jour comme de nuit :

54% des jeunes écoutent au moins 2H de musique par jour et 17,4% écoutent jusqu’à 5H et plus ! La musique est omniprésente dans leur vie : 1 sur 2 déclare faire régulièrement ses devoirs en musique. Plus étonnant, ils sont 2/3 à écouter la musique avec une seule oreillette ce qui leur permet, entre autre, de discuter en même temps. La musique les accompagne jusque dans leur sommeil puisque 52,2% des adolescent·es s’endorment en écoutant de la musique.

• Des pratiques à risque :

Si l’on met en regard les résultats du Baromètre avec les préconisations sur l’exposition sonore, on observe que les

habitudes d’écoute sont majoritairement à risque.

En effet, la durée d’écoute au casque recommandée par AGI-SON est autour de 2H par semaine et le temps de repos des oreilles est un facteur indispensable pour leur permettre de se régénérer.

• Des troubles auditifs ressentis :

Plus d’ 1 jeune sur 3 a déjà eu un trouble auditif et parmi eux, 82,7% déclarent avoir eu un acouphène. L’écoute sur smartphone est la principale source de troubles auditifs identifiée, viennent ensuite les soirées entre amis.

• Des messages de prévention entendus :

68,4% des jeunes déclarent que le concert pédagogique Peace&Lobe® aura une influence sur leur façon d’écouter la musique. Plus d’1 jeune sur 2 a retenu que les lésions auditives sont irréversibles et 32,3% des adolescent·es ayant assisté au Peace&Lobe® se disent prêt·es à écouter la musique moins fort suite au spectacle s’ils ne devaient adopter qu’un seul comportement.

LES PROCHAINS CHANTIERS D’AGI-SON POUR RENFORCER LA PRÉVENTION AUPRÈS DES JEUNES :

- Développer des axes pour une prévention dans les soirées privées

- Rendre obligatoire l’information sur les risques auditifs dans les écoles de musique et conservatoires

- Intensifier la prévention dans les lieux de répétition

- Utiliser les plateformes de streaming comme relais des messages de prévention

- Actualiser les dispositifs de prévention aux mutations d’écoute des jeunes

- Sensibiliser les jeunes aux différences de qualité entre les formats de compression