agi-son
< Tous les articles

Edito // L’application du nouveau Décret son révèle de nouveaux défis pour les professionnels ! par RÉMI VANDER-HEYM

[ EDITO ]

À l'occasion des 20 ans d' AGI-SON en 2020, des personnalités ayant participé au développement de l'association témoignent de son impact dans le paysage musical amplifié.

L'ÉDITO DE
RÉMI VANDER-HEYM - Président d'AGI-SON
Représentant du FNSAC-CGT


En 1998 sort le 1er Décret sur les niveaux sonores, appelé « lieux musicaux » avec son fameux 105 Dba.

En 2000, Il y a tout juste 20 ans, en réaction à la publication de ce Décret les organisations professionnelles du secteur des musiques actuelles décident de se regrouper au sein d’une association afin de défendre la création et la diversité des expressions musicales à tra vers une meilleure gestion sonore. Ainsi nait AGI-SON.


La CGT Spectacles et ses syndicats SNAM, SFA et SYNPTAC représentant l’ensemble des salariés du spectacle vivant travaillent conjointement avec les organisations professionnelles que sont le PRODISS la FEDELIMA et plus récemment le SMA, à la création d’outils pour les profes sionnels. A commencer par une large information sur les risques encourus par l’exposition prolongée aux sons amplifiés sans le port de protections auditives adaptées (bouchons en mousse, puis bouchons moulés).

La réalisation et la diffusion du Guide de bonne gestion sonore ainsi que la création du Certificat de Compétence Professionnel sur la gestion sonore permettent de sensibiliser et d’informer les salariés.


La présence d’AGI-SON dans les festivals, dans les rencontres professionnelles, au plus près de ceux qui font la musique d’aujourd’hui est essentielle. Ainsi l’information circule, et les professionnels font remonter leur expérience de terrain. Le tour de France en 2018 est à ce titre une réussite.

Alors bien sûr l’application du nouveau Décret son révèle de nouveaux défis !

Comment permettre le respect du droit avec l’expression musicale la plus diversifiée dans ses esthétiques et dans ces espaces si hétéro gènes que sont le café-concert, l’Arena ou un festival en centre-ville ?


Les artistes et techniciens sont au cœur de ces problématiques, ils créent et diffusent la musique et sont de ce fait les premiers exposés aux risques Auditifs. Ils doivent préserver leur audition afin de réaliser des concerts de qualité et de satisfaire leur public. Mais c’est aussi leur garantie pour continuer à vivre de leur métier !


L’évolution des formations des régisseurs son et des artistes est un des futurs chantiers d’AGI-SON. Il doit permettre une meilleure approche de la physique du son et en particulier du Dbc qui est aujourd’hui intégré à la nouvelle réglementation sonore.


C’est par la qualité de la gestion sonore que nous répondrons à ces nouveaux défis.

 

Rémi VANDER-HEYM.